Documentaire 2016 Immersion 10 Jours 0036

Dans les coulisses d’Izakaya-Joyi

Izakaya Joyi : Une histoire de sushis et d'émotions

Tout commence fin 2015… Ma femme rentre du travail avec un article de journal à la main. Anthony Nguyen vient de remporter le concours national “Global Sushi Challenge” à Paris. Depuis quelques années, Anthony dirige un restaurant japonais à Nantes, Izakaya Joyi.

Amateur de cuisine japonaise, cette information pique ma curiosité. Sur un coup de tête, je débarque à l’Izakaya Joyi en plein rush de midi, et demande à parler au chef. Ne sachant pas du tout par où commencer, les idées se mettent en place au cours de notre discussion. J’aimerais faire des images de l’envers du décor mais également de l’énergie qui se dégage de ce lieu…

Quelque chose m’interpelle lorsque je parle à Anthony, c’est un grand passionné. Il correspond parfaitement à mon projet documentaire sur lequel je travaille, démontrant que l’on peut dégager des émotions dans le cadre d’une activité professionnelle.

Au final, cette démarche très inattendue et quelque peu extravagante le séduit. Anthony m’ouvre ses portes et me laisse carte blanche dans mon projet, où le but est de raconter une histoire de sushis et d’émotions.

 

Une expérience inoubliable…

Cette expérience passionnante m’a fait découvrir un métier où les maîtres-mots sont : technique, rigueur et précision, mais aussi créativité et innovation… “Le riz est l’élément le plus important du sushi”, me confie-t-il, brisant ainsi tous mes à priori. Il sélectionne également le poisson en fonction de certains critères très précis : pêche locale et artisanale, poissons bios et entiers… Tout cela afin d’apporter la meilleure expérience de l’umami, la cinquième saveur.

C’est aussi une grande leçon humaine : Être doué mais rester humble, avoir la connaissance mais faire confiance et déléguer, vivre des moments de stress mais garder le sourire. J’ai appris énormément aux cotés d’Anthony et de son équipe…

Cette galerie est un condensé de mon travail à l’Izakaya Joyi. Il représente 60 heures de prises de vues, 11874 images, plusieurs dizaines d’heures de traitement, une cinquantaine de cafés, mais surtout, beaucoup de persévérance, une rencontre formidable ainsi que des moments inoubliables.

Merci Anthony, pour ta sympathie, ta bonne humeur, et ta confiance.

 

Vous avez un restaurant ?

Restaurateurs, vous avez une spécialité qui vous rend unique, je vous propose le même type de reportage photo. Vous pourrez mettre en valeur votre savoir faire et faire découvrir votre restaurant. Mais surtout, vous aurez des photos mettant l’accent sur les valeurs humaines dans votre travail.

Contactez-nous si ce genre de projet vous intéresse.

 

Partager sur les réseaux sociaux

Articles similaires

Un marché à Hong-Kong

Avant de partir sur un continent complètement inconnu, notre cerveau nous fait souvent imaginer beaucoup de choses. Hong-Kong, mégalopole internationale, est souvent synonyme de ville

Rencontre d’une tribu Maasai…

Une tribu Maasai au pied du Kilimandjaro En maa, on l’appelle Ol Doinyo Oibor, ce qui signifie “montagne étincelante”. Même en évitant les sentiers battus,

Venez nous voir !

Chez Brunet-Monié, on préfère rencontrer nos partenaires et clients autour d’un café en regardant des photos, en parlant de vos projets, en partageant nos histoires. Mais vous pouvez aussi nous appeler, nous envoyer un pigeon voyageur ou simplement remplir le formulaire juste ici.

Nos dernières histoires...

Connexion

Vous accédez à un espace réservé au clients ayant un compte sur ce site. Pour créer un compte, merci de nous contacter…

Connexion pour les utilisateurs enregistrés